Words.

Tony Parker

Partages
Chacun son tour. Même chez les légendes. Deux ans après Tim Duncan et une saison après Manu Ginóbili, c’est un Tony Parker heureux et apaisé qui annonce qu’il va raccrocher les sneakers. La fin d’une aventure époustouflante de 18 saisons de titres, de flotteurs, de spin-moves et de discussions avec Gregg Popovich. Le début d’une nouvelle vie pour l’un des plus grands joueurs européens de tous les temps.
En partenariat avec theundefeated.com 

 

La saison passée fût très différente pour moi. J’ai passé des moments formidables à Charlotte. Ce fût un grand changement après 17 années passées aux Spurs. Aussi j’ai su que les temps avaient changé, et je devenais très nostalgique.

Le fait d’être loin de ma famille restée à San Antonio, aussi, a joué un rôle dans le choix de prendre ma retraite. Je suis donc arrivé à la conclusion qu’il était temps d’avancer. J’ai vécu beaucoup de grandes choses dans ma vie. Une superbe famille. De superbes enfants. Je souhaite donc passer plus de temps avec eux.

À la fin de la saison j’ai simplement su que c’était le moment.

Ce qui est amusant, c’est que ma famille, encore plus que mes amis sont du genre « Oh, allez ! Encore une. Fais en une de plus. » Mais pour moi cela fait longtemps que je suis serein par rapport à cette décision, car je m’y suis préparé. Également par rapport à toutes mes activités. Je dirige deux équipes en France, et j’ai mon école internationale qui ouvre en septembre. J’ai tellement d’activités, que j’ai toujours été serein par rapport à mon choix.

Parker1

C’est le moment de laisser les jeunes prendre le relai. Le basketball, c’est pour les jeunes. C’est pourquoi, j’ai su très tôt, que quand ce serait le moment d’arrêter, je serais en paix avec cette décision.

Je voulais jouer 20 saisons, et je pense que je pourrais jouer encore. J’ai fait une bonne saison avec les Hornets, et je suis en parfaite santé. Mais en même temps, maintenant je ne vois plus de raison de faire 20 saisons.

Pendant 17 années, chaque nouvelle année qui débutait avec les Spurs, je croyais vraiment que nous avions une chance d’être champions. C’est donc un peu étrange d’arriver dans une équipe, et de se dire « nous n’avons aucune chance d’être champions ». Même si j’ai passé un excellent moment avec les joueurs de Charlotte, qu’ils ont été formidables avec moi, et que c’étaient des mecs supers, au final, je joue pour gagner quelque chose. Ce fût le cas avec l’équipe de France en compétition pour une médaille d’or ou avec les Spurs pour être champions NBA.

TonyParker2

Et si je ne joue pas pour être champion, je me demande pourquoi je joue. C’est pour cela que ce fût très différent pour moi mentalement d’être concentré et motivé pour jouer à ce jeu, parce que je joue pour gagner quelque chose.

C’est drôle parce que mon frère m’a demandé « Tu ne veux pas faire une saison d’adieu comme Dwyane et Dirk ? » et je lui ai répondu « Non, pas si ce n’est pas sous le maillot des Spurs ». Pour moi c’est différent. C’est une belle façon de terminer leurs carrières. Dwyane l’a fait avec le maillot de Miami. Dirk avec celui de Dallas. Ce n’est pas la même chose pour moi, j’étais là-bas à Charlotte, et je n’ai pas ressenti le besoin d’une tournée d’au-revoir. Pour moi les adieux, ce sera si mon numéro est retiré à San Antonio ou si je fais partie du Hall of Fame.

Je me sens privilégié d’avoir joué pour de grandes équipes, avec de grands coéquipiers et un grand coach. Ce que j’ai vécu a été très spécial. Et c’est amusant parce que toute cette année à Charlotte, j’ai encore plus réalisé que ce que nous avions à San Antonio était très, très spécial. Nous étions des coéquipiers si proches. Encore aujourd’hui, il y a deux jours, je jouais au tennis avec Tim et Manu. Nous avons parlé du bon vieux temps, et j’ai réalisé à quel point c’était spécial. C’est 17 ans ensemble, toutes ces victoires, avoir été les meilleurs dans l’histoire des victoires en playoffs, et le meilleur trio, tous ces records. A présent, je commence à réaliser un peu tout ce que nous avons accompli.

La retraite de Manu et Tim a eu un petit impact, mais en même temps, comme je l’ai dit, je pensais bien que j’allais faire mes 20 saisons avec les Spurs. Le fait d’en avoir parlé avec Timmy et Manu m’a aidé un peu. Du genre, « OK, je suis prêt pour ça. Timmy et Manu ne jouent plus, ce n’est plus pareil. »

Quand j’ai dit à Tim et Manu que je prenais ma retraite, ils m’ont dit « tu es sûr? », je leur ai répondu « ouais, je suis sûr ». « Si tu es sûr, mec, je suis tellement content pour toi. On a eu une belle épopée, et je suis impatient de te battre au tennis et passer plus de temps ensemble. »

Je leur ai dit au déjeuner. On en a reparlé au téléphone, puis nous avons joué au tennis.

Les gens se souviendront de nous ensemble. C’était génial de partager ces moments avec eux. C’est fou. Nous venons de trois backgrounds différents, et nous sommes arrivés ensemble. Voir le numéro de Tim retiré, puis celui de Manu, c’était très émouvant, de revivre tous ces moments et penser à ce que l’on va dire. C’était simplement beau de partager ces moments avec eux.

TonyParker3

Je ne sais pas à quoi mon retrait de numéro va ressembler. C’est difficile à imaginer. Mais ce sera la dernière fois que l’on pourra célébrer ‘le Big Three’ de cette époque. J’espère que ce sera une soirée spéciale pour tout le monde.

La discussion avec Michael Jordan a été bonne. Il a compris. Tout le monde est content pour moi. Quand je l’ai dit au coach JB, il était juste content pour moi, parce que j’avais fait une bonne carrière, en bonne santé tout au long de celle-ci. Ils m’ont demandé « Es-tu serein avec cette décision? » Et « Oui je suis serein. Et je sais que le basketball ne va pas me manquer. »

Parker4

 

Mon corps est en bonne santé. Je pourrais encore facilement jouer deux années de plus. Facilement, facilement. Physiquement je me sens bien, particulièrement avec le role de backup et le fait que JB m’ait bien géré cette saison. Je pourrais facilement faire deux saisons de plus. Mais je ne veux pas jouer pour joueur, je n’ai jamais joué au basketball pour cela. Je n’ai jamais joué pour l’argent, je n’ai jamais joué juste pour le plaisir. Je veux gagner.

Je vais vivre à San Antonio. Nous vivons à Sant Antonio. C’est la maison, ce sera toujours la maison. Je vais donc rester là bas et juste voyager.

C’est la maison, j’y suis arrivé à 19 ans, et ils m’ont adopté. Ils m’ont traité comme leur fils, et ce sera toujours chez moi. C’est la famille.

J’aurai toujours de grands souvenirs. Quand suis revenu, je me souviens du jour, le 14 janvier, avec les Hornets, l’amour que j’ai reçu tout au long de ce match a été incroyable. Je me suis senti comme si on retirait mon numéro, incroyable. Je suis si impatient de connaitre la vraie date pour les voir à nouveau et les célébrer. J’ai toujours dit qu’ils étaient les meilleurs fans de NBA, et nous avons gagné quatre titres ensemble, je m’en souviendrai toute ma vie.

Je suis content d’être allé à Charlotte. Ce fût une belle expérience. J’ai fait de belles rencontres et je suis reconnaissant à Michael, Mitch Kupchak et JB de m’avoir offert cette opportunité. C’était superbe. Vous avez été superbes les gars. Je ne regrette rien, parce que je voulais jouer, et je voulais vraiment montrer que je pouvais encore jouer. J’ai fait une bonne saison. Je suis en forme. Je ne regrette rien. Et c’est amusant, d’une certaine façon, le fait que je sois allé à Charlotte a renforcé l’amour des gens de San Antonio.

Ma carrière a été plus belle que dans n’importe lequel de mes rêves d’enfant. Quand je suis arrivé en NBA je me suis dit « si je peux être un bon petit joueur. Etre un bon backup. Je serais content avec ça ». J’étais juste content d’être en NBA. Je n’aurais jamais pensé être un titulaire, ni le plus jeune meneur à démarrer en NBA, ni le premier Européen à être MVP des finales NBA. Je n’ai jamais rêvé de ça.

TonyParker5

J’espère avoir eu un bon impact sur la France et l’Europe avec Dirk et Pau. Ça a explosé après notre arrivée. Maintenant il y a plus de 80 joueurs étrangers, 12 français en NBA. J’ai toujours pris très au sérieux mon rôle d’ambassadeur du basket français.

Les gens ne réalisent pas que j’ai grandi avec rien. Nous n’avions rien quand j’était petit, et les temps étaient durs. Mais je pense que c’est ce qui m’a donné la motivation de réussir dans la vie parce que je voulais que ma famille ait une vie meilleure. Je pense que Pop a vu cela très tôt, lors de notre première entrevue. Je pense aussi que c’est pour cela qu’il a été si dur avec moi parce qu’il savait qu’il pouvait dépasser les limites en sachant que je resterais motivé pour y arriver coûte que coûte. Il m’a tout fait traverser, mais j’étais toujours là, paré.

Mon meilleur souvenir ? Je dirais nos quatre titres, évidemment, et la médaille d’or avec l’équipe de France parce que c’était la première de notre histoire à l’Euro 2013.

 

TonyParker6

Ma plus grosse déception ? Je dirais le match 6 contre Miami en 2013. Et avec l’équipe nationale, en 2005 contre la Grèce. Nous menions de 7 points à 40 secondes de la fin et nous avons perdu. Cela aurait été ma première médaille d’or à l’époque. Ce furent les deux défaites les plus dures.

Nous sommes revenus en 2014 et nous avons gagné. Nous avons rétabli l’équilibre d’une certaine façon. C’était une chance unique de le faire en back to back. Cela démontre beaucoup de caractère. La façon dont nous avons perdu en 2013, revenir de cette façon contre la même équipe et les détruire en 2014 en jouant magnifiquement.

Ce qui me manquera le plus, c’est de gagner. On ne s’en lasse jamais, c’est pourquoi c’est si bon de gagner avec mon équipe féminine, la victoire est un sentiment indescriptible.

En tant que joueur, c’était magnifique de gagner le championnat et maintenant en tant que propriétaire, quand vous construisez quelque chose en partant de zéro. Je suis encore plus content pour elles. Cela n’a pas de prix de voir leurs visages. On ne s’en lasse jamais. On ne se lasse jamais de gagner des championnats.

 

tonyParker7

TONY PARKER

International français, meneur au San Antonio Spurs

Médaille de bronze, championnat d'Europe 2005 Médaille d'argent, championnat d'Europe 2011 Médaille d'or, championnat d'Europe 2013 Médaille de bronze, championnat d'Europe 2015 Champion NBA 2003, 2005, 2007, 2014 - San Antonio Spurs  
Words.